top of page

Rejoignez la liste de diffusion.

Merci pour votre envoi !

Est-ce que faire ses nuits est réellement la clé pour le développement optimal du nourrisson?

La qualité du sommeil chez les nourrissons est un sujet d'un grand intérêt et d'une grande importance pour

les parents et les chercheurs. Une étude récente de Dre Marie-Hélène Pennestri publiée en 2018 dans la prestigieuse revue Pediatrics, intitulée « Uninterrupted Infant Sleep, Development, and Maternal Mood », explore l'association entre le sommeil ininterrompu chez les nourrissons et son impact sur leur développement et l'humeur maternelle. Cette étude rigoureuse a bouleversé plusieurs croyances liées au sommeil du nourrisson. Je présenterai donc les principales conclusions de cette étude et ses implications pour les parents et les professionnels de la santé.


Objectif et méthodologie de l'étude

L'objectif principal de cette étude était d'étudier la proportion de nourrissons qui dormaient toute la nuit à l'âge de 6 et 12 mois dans une cohorte longitudinale. Les chercheurs ont également exploré toutes les associations potentielles entre le sommeil ininterrompu, le développement cognitif et psychomoteur, l'humeur maternelle et l'allaitement. Les données de nourrisson de 388 nourrissons âgés de 6 et 12 mois ont été recueillies à l'aide de questionnaires auto-rapporté. Les mères devaient indiquer la plus longue période de sommeil ininterrompu et les méthodes d'alimentation. Les indices de développement cognitif et psychomoteur ont été mesurés à l'aide des échelles de Bayley du développement du nourrisson II. L'humeur maternelle a été évaluée à l'aide de l'échelle de dépression du Center for Epidemiologic Studies à l'âge de 6, 12, et 36 mois.


Principaux résultats

L'étude a révélé qu'une proportion importante de nourrissons ne dormaient pas toute la nuit, quels que soient les critères utilisés pour définir le sommeil ininterrompu (6 ou 8 heures). Les chiffres variaient entre 27,9 % et 57,0 % pour les nourrissons de 6 et 12 mois.


Fait intéressant, les résultats n'ont indiqué aucune association significative entre la durée du sommeil nocturne sans signal aux parents et le développement cognitif, psychomoteur ou l'humeur maternelle. Cependant, ils ont trouvé que les nourrissons qui dormaient toute la nuit avaient un taux d'allaitement beaucoup plus faible. Notons que l'allaitement et l'humeur maternelle sont des facteur de protection neurodéveloppementaux.


Implications et considérations

Les résultats de cette étude remettent en question la perception commune du sommeil ininterrompu en tant que facteur crucial du développement cognitif et émotionnel. Les résultats de cette recherche de haute qualité sont très rassurants pour les parents expriment des inquiétudes quant aux effets potentiels du sommeil non consolidé sur le développement cérébral de leur enfant.


Cette étude fournit des informations précieuses, mais il y a certaines limites à considérer. Les données reposaient sur des questionnaires auto-rapportés, ce qui peut introduire des biais subjectifs. De plus, l'étude s'est concentrée sur un groupe d'âge spécifique (6 et 12 mois), et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour explorer les effets à long terme du sommeil ininterrompu sur le développement.


L'association entre le sommeil nocturne et un taux d'allaitement plus faible est une découverte importante. Il suggère que les parents devraient considérer les facteurs de protection neurodéveloppementaux lorsqu'il s'agit d'encourager un sommeil ininterrompu, mais aussi de tenir compte des avantages de l'allaitement maternel pour la santé et le bien-être généraux du nourrisson et de la mère.


Conclusion

Cette étude contribue à notre compréhension de la relation complexe entre le sommeil, le développement et le bien-être maternel. Bien que les résultats n'indiquent aucune association directe entre la durée du sommeil ininterrompu et le développement ou l'humeur maternelle, ils soulignent la nécessité de prendre en compte les différences individuelles dans les habitudes de sommeil des nourrissons.


En tant que parents, il est essentiel de reconnaître que chaque enfant est unique et peut avoir des habitudes de sommeil différentes. Pour optimiser le développement cognitif, psychomoteur et le bien-être maternel, les interventions devraient viser à mettre en place des facteurs de protection neurodéveloppementaux, soit le développement de la réponse parentale sensible, le soutien à l'allaitement, et du soutien à la santé mentale des mères, plutôt que de forcer à tout prix l’enfant à faire ses nuits.


Pour en savoir plus et lire l'article consulter le lien suivant: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30420470/



  • Marie-Hélène Pennestri, Christine Laganière , Andrée-Anne Bouvette-Turcot, Irina Pokhvisneva, Meir Steiner, Michael J Meaney, Hélène Gaudreau; Mavan Research Team. Uninterrupted Infant Sleep, Development, and Maternal Mood. Pediatrics; 2018 Dec;142(6):e20174330. doi: 10.1542/peds.2017-4330. Epub 2018 Nov 12.

  • Ball H, Douglas PS, Whittingham K, Kulasinghe K, Hill PS. The Possums Infant Sleep Program: parents' perspectives on a novel parent-infant sleep intervention in Australia. Sleep Health. 2018;4(6):519-526.

  • Deoni S, Dean D 3rd, Joelson S, O'Regan J, Schneider N. Early nutrition influences developmental myelination and cognition in infants and young children. Neuroimage. 2018 Sep;178:649-659. doi: 10.1016/j.neuroimage.2017.12.056. Epub 2017 Dec 20. PMID: 29277402; PMCID: PMC6540800.

  • Cyr, C. et Dubois-Comtois, K. (2014). Coup d'œil sur l'attachement. Le développement et la promotion de l'attachement sécurisant chez l'enfant : Un passeport pour la vie.

  • Bezanson S, Nichols ES, Duerden EG. Postnatal maternal distress, infant subcortical brain macrostructure and emotional regulation. Psychiatry Res Neuroimaging. 2023 Jan;328:111577. doi: 10.1016/j.pscychresns.2022.111577. Epub 2022 Dec 5. PMID: 36512951.

163 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page