top of page

Rejoignez la liste de diffusion.

Merci pour votre envoi !

L'énurésie nocturne: un problème complexe


L'énurésie, communément appelée énurésie nocturne, est une affection répandue qui touche annuellement 5 à 7 millions d’enfants dans le monde entier. Cette parasomnie se caractérise par le relâchement incontrôlable de l'urine pendant le sommeil, entraînant souvent une détresse sociale et émotionnelle. Les familles sont victimes de beaucoup de désinformation liée à l’énurésie nocturne. Dans cet article, nous explorerons la prévalence de l'énurésie, ses diverses causes, les options de traitement et la survenue de rechutes.



Prévalence selon l'âge

L'énurésie est plus fréquente pendant l'enfance et a tendance à diminuer à mesure que les enfants vieillissent. Des études ont révélé que l'énurésie touche environ 15 à 20 % de tous les enfants, 10 % des enfants de 6 ans et 3 à 5 % des enfants âgées de 10 ans. Cette problématique est deux fois plus commune chez les garçons comparativement aux filles. Ces statistiques soulignent l'importance de reconnaître l'énurésie comme une affection courante chez les enfants et comme une préoccupation potentielle chez les individus plus âgés.


Causes de l'énurésie

L’énurésie n’est pas due à de la paresse ou à un manque de volonté. Les causes sous-jacentes de l'énurésie peuvent varier, et une combinaison de facteurs peut contribuer à son développement. Bien que l'étiologie exacte reste incertaine, plusieurs facteurs ont été identifiés comme causes possibles:

  1. Facteurs génétiques : Des études ont montré que l'énurésie a tendance à se produire plus fréquemment dans certaines familles, ce qui suggère une composante héréditaire.

  2. Retard de développement: Certains enfants peuvent présenter un retard de maturation de la vessie et des mécanismes de contrôle urinaire, conduisant à l'énurésie.

  3. Facteurs psychologiques: Les événements stressants de la vie, l'anxiété et les troubles émotionnels peuvent contribuer à l'énurésie. L'impact émotionnel de l'énurésie nocturne peut exacerber davantage ces facteurs.

  4. Dysfonctionnement de la vessie : dans certains cas, l'énurésie peut être associée à un dysfonctionnement de la vessie, comme une augmentation de la capacité de la vessie ou une activité musculaire anormale du détrusor (le muscle de la vessie).

Approches thérapeutiques

Tout d’abord, la punition n’est jamais appropriée, et peut même entraîner une augmentation des symptômes et une exacerbation de la problématique. Heureusement, il existe d’autres options de traitements efficaces pour gérer l'énurésie. Règle générale, les enfants qui continuent à mouiller leur lit après l’âge de 7 ans peuvent être de bons candidats pour l’intervention. Il est important d'adapter l'approche de traitement à l'âge, aux causes sous-jacentes et aux préférences de l'individu. Voici quelques-unes des stratégies couramment utilisées :

  1. Interventions comportementales: La mise en œuvre de techniques telles que la restriction des liquides avant le coucher, la miction/éveils programmés et le renforcement positif pour les nuits sèches peuvent être efficaces dans la gestion de l'énurésie.

  2. Alarmes d'énurésie nocturne: Ces appareils utilisent des capteurs d'humidité pour détecter l'urine et déclencher une alarme, réveillant la personne lorsqu'elle commence à mouiller sa culotte. Au fil du temps, cela aide à conditionner l'individu à se réveiller lorsque la vessie est pleine.

  3. Médicaments : dans certains cas, les professionnels de la santé peuvent prescrire des médicaments, comme la desmopressine ou l'imipramine, pour aider à réduire les épisodes d'énurésie nocturne. Cependant, les médicaments ne doivent être utilisés que sous surveillance médicale.

  4. Soutien psychologique: Fournir un soutien psychologique aux enfants et à leurs familles peut jouer un rôle déterminant dans la gestion de l'énurésie, en particulier lorsque les facteurs psychologiques jouent un rôle important.

Les rechutes

Des rechutes, ou la réapparition de l'énurésie nocturne après une période de traitement réussi, sont fréquentes. Les comorbidités non traitées qui sont parfois associées à l’énurésie nocturne peuvent également influencer la réponse au traitement. La recherche estime qu'environ 45% des enfants qui répondent initialement au traitement peuvent connaître des rechutes. Un traitement à large spectre, qui demande plus d’investissement de temps, peu réduire les rechutes à 10%. Évidemment, la motivation des parents et de l’enfant joue pour beaucoup dans le processus.


En conclusion, l'énurésie est une affection répandue qui peut avoir un impact significatif sur les enfants de différents groupes d'âge. Comprendre les taux de prévalence en fonction de l'âge, les causes potentielles et les options de traitement appropriées est important pour gérer efficacement l'énurésie et améliorer la qualité de vie des enfants touchées. Puisque les causes sont multiples et que des comorbidités peuvent compromettre les résultats des interventions, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé avant de se lancer dans un traitement comportemental.


Références:

1. C.M.A. Glazener, J.H.C. Evans, R.E. Peto, Alarm interventions for nocturnal enuresis in children, Cochrane Database of Systematic Reviews (Issue 2) (2005). Art. No.: CD002911. DOI: 10.1002/14651858.CD002911.pub2.

2. R.T. Gross, S.M. Dornbusch, Enuresis, in: M.D. Levine, W.B. Carey, A.C. Crocker, R.T. Gross, (Eds.), Developmental-Behavioral Pediatrics, W.B. Saunders, Philadelphia, PA, 1983, pp. 575–586.

3. W.I. Forsythe, A. Redmond, Enuresis and spontaneous cure rate: study of 1129 enuretics, Arch. Dis. Child. 49 (1974) 259–269.

4. P.C. Friman, W.J. Warzak, Nocturnal enuresis: a prevalent, persistent, yet curable parasomnia, Pediatrician 17 (1) (1990) 38–45.

5. R. Helfer, C.H. Kempe, Child Abuse and Neglect, Ballinger, Cambridge, MA, 1976.

6. N.H. Azrin, T.J. Sneed, R.M. Foxx, Dry-bed training: rapid elimination of childhood enuresis, Behav. Res. Ther. 12 (3) (1974) 147–156.

7. J.P. Whelan, A.C. Houts, Effects of a waking schedule on the outcome of primary enuretic children treated with full-spectrum home training, Health Psychol. 9 (1990) 164–176.

8. P.C. Friman, Encopresis and enuresis, in: M. Hersen, D. Reitman, (Eds.), Handbook of Assessment, Case Conceptualization, and Treatment, Vol 2, Children and Adolescents, Wiley, Hoboken, NJ, 2007, pp. 589–621.

9. P.C. Friman, Evidence based therapies for enuresis and encopresis, in: R.G. Steele, T.D. Elkin, M.C. Roberts, (Eds.), Handbook of Evidence-based Therapies for Children and Adolescents, Springer, New York, NY, 2008, pp. 311–333.

10. A.C. Houts, J.S. Berman, H. Abramson, Effectiveness of psychological and pharmacological treatments for nocturnal enuresis, J. Consult. Clin. Psychol. 62 (1994) 737–745.

11. D.L. Chambless, S.D. Hollon, Defining empirically supported therapies, J. Consult. Clin. Psychol. 6 (1) (1998) 7–18.

12. M.W. Mellon, M.L. McGrath, Empirically supported treatments in pediatric psychology: nocturnal enuresis, J. Pediatr. Psychol. 25 (2000) 193–214.

13. Lisa J. Meltzer, Valerie McLaughlin Crabtree, American Psychological Association - Pediatric Sleep Problems_ A Clinician's Guide to Behavioral Interventions-APA Books (2015).pdf

66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page