top of page

Rejoignez la liste de diffusion.

Merci pour votre envoi !

Découvrez pourquoi certaines personnes ont des comportements sexuels en dormant.

La sexomnie est une condition qui affecte les gens pendant leur sommeil, provoquant un comportement ou des activités sexuelles. Cette condition n'est pas bien connue, le but de ce texte est donc de faire connaître la sexomnie et ses symptômes, de discuter de la prévalence, d’expliquer les mécanismes du sommeil impliqués dans la sexomnie, d’explorer ses conséquences fonctionnelles et émotionnelles, d’aborder la question du consentement.


Qu'est-ce que la sexomnie?

La sexomnie est une parasomnie, donc un trouble du sommeil, qui appartient à la même famille de conditions que le somnambulisme. Pendant les épisodes de sexomnie, un individu s'engage dans des activités sexuelles au cours de son sommeil, sans être conscient de ses actions.


Les comportements peuvent être des gémissements, des touchers sur soi ou une autre personne, la masturbation ou même des rapports sexuels. Cette parasomnie est relativement rare, avec un taux de prévalence estimé à moins de 1 % de la population générale. Cependant, elle peut affecter des personnes de tout sexe, âge ou orientation sexuelle.


Mécanismes du sommeil impliqués

La sexomnie est causée par le fait que le cerveau est partiellement endormi. Ce qui veut dire que lors d’un éveil, certaines parties du cerveau demeurent endormies alors que d’autres sont éveillées. Cet état fait en sorte que la personne n’est pas consciente, et peu présenter un contrôle moteur et une inhibition réduite. Les comportements sexuels complexes se produisant pendant le sommeil ne seraient probablement pas initiés par les individus lorsqu'ils sont éveillés.


L’épisode de sexsomnie se produit pendant la phase de sommeil non paradoxal (NREM). Le sommeil NREM se caractérise par une diminution des niveaux d'activité cérébrale, des mouvements oculaires lents et la présence d'ondes cérébrales ralenties. Les phases de sommeil NREM sont subdivisées en trois étapes, la phase la plus profonde étant la phase trois du NREM (N3) caractérisée par des ondes électroencéphalographiques (EEG) lentes de haute amplitude à basse fréquence. Les personnes atteintes de sexsomnie se réveillent généralement confuses et désorientées à la suite d’un événement.


Les mécanismes du sommeil qui sous-tendent la sexsomnie ne sont pas encore bien compris. Différentes explications ont été suggérées, y compris le dysfonctionnement du lobe frontal et d'autres systèmes cérébraux impliqués dans le maintien de l’architecture du sommeil. Pendant le sommeil profond (N3), il serait possible pour le cerveau d'activer des zones telles que le système mésolimbique, ce qui entraînerait une motivation accrue pour les comportements sexuels.


L'impact de la sexomnie

La sexomnie peut avoir un impact grave à la fois sur la personne qui en fait l'expérience et sur les personnes qui l'entourent. Les conséquences fonctionnelles de la sexomnie comprennent la privation de sommeil, l'embarras, la honte et même les conséquences juridiques. Sur le plan émotionnel, la sexomnie peut également entraîner de l'anxiété, du stress et des problèmes de relations amoureuses. Les personnes atteintes de sexomnie peuvent également éprouver un risque accru de problèmes de santé mentale, y compris la dépression et les tendances suicidaires.


L'importance du consentement

Le consentement est toujours nécessaire dans toute interaction sexuelle, et cela reste vrai dans les cas de sexomnie. Il est important de noter qu'une personne atteinte de sexomnie n'est pas consciente de ses actes et n'a pas la capacité d'offrir son consentement ou d'être tenue légalement responsable des actes sexuels qui se produisent pendant son sommeil. En tant que tel, il est essentiel de prendre des précautions pour prévenir les dommages. Ces étapes peuvent inclure la discussion de la maladie avec les partenaires sexuels, l'utilisation de préservatifs pendant l'activité sexuelle et la recherche d'un traitement médical pour la maladie.


Conclusion

En résumé, la sexomnie est une condition qui implique des personnes se livrant à des activités sexuelles alors qu'elles sont partiellement endormies. C'est une maladie rare qui peut avoir de profondes conséquences émotionnelles, sociales et fonctionnelles. Il est essentiel de reconnaître l'importance du consentement dans toutes les interactions sexuelles. Les personnes atteintes de sexomnie ont besoin de considérations spéciales pour naviguer dans ces questions. Si vous ou quelqu'un que vous aimez souffrez de sexomnie, demandez l'aide d'un professionnel de la santé.


Références

Guilleminault et al. (1998). Is sexsomnia a variant of sleepwalking disorders?. Sleep Med., 33(8), 899-901.

Pressman M. R. (2007). Sexsomnia: Sleep sex research and its legal implications. Sleep Medicine Reviews, 7(5), 345-356.

Schenck, C. H., Arnulf, I., & Mahowald, M. W. (2007). Sleep and sex: what can go wrong?. A review of the literature on sleep related disorders and abnormal sexual behaviors and experiences. Sleep, 30(6), 683-702.

American Academy of Sleep Medicine. (2005). International Classification of Sleep Disorders (2nd Ed.)

Cheuk, D. (2019). Sexsomnia: A fascinating look at the rare disorder. Psychology Today.

Filardi, M. et al. (2013). Sexsomnia: a case report. World J Biol Psychiatry, 2, 1-4.

Sharma, A. et al. (2018). Case report: A young man with sexsomnia. J Sleep Disord Ther 7(2), 1-2.

148 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page